Briser les tabous sur le handicap psychique Par Juliette Le Roy, le 17 novembre 2017

Briser les tabous sur le handicap psychique

Pour la 21e Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH 2017), l’entreprise CORYS a choisi de sensibiliser ses collaborateurs au handicap psychique.

Sensibiliser autrement
Schizophrénie, autisme, dépressions chroniques, bipolarité, troubles obsessionnels compulsifs … Les pathologies psychiques suscitent de la peur par méconnaissance. Ainsi, Roxanne Macauda, responsable RH chez Corys, a fait le choix de la sensibilisation via du théâtre forum et l’expertise d’une psychologue clinicienne : « le théâtre forum a permis aux gens de se confronter directement aux situations et c’est selon moi le meilleur moyen d’appréhender les choses et de se les approprier par la suite. L’intervention de la  psychologue a permis de démystifier certaines croyances et d’avoir des informations très objectives et argumentées. »

Un binôme performant et efficace
En une heure, le duo d’experts d’EXECO et de PETITS PAS POUR L’HOMME a du faire des choix pour l’animation de cette sensibilisation aux troubles psychiques. Les chiffres inhérents à ce handicap n’ont pu être abordés, ni les détails de la loi du 11 février 2015, mais de nombreuses informations intéressantes ont été compilées dans un livret réalisé par l’entreprise qui a été remis aux participants le jour J. 

La bipolarité en scène
Une saynète de théâtre forum a plongé l’auditoire dans l’univers de travail de Céline, personne atteinte de bipolarité qui partage un bureau avec Annabelle et Benoît. Dans un espace temps réduit permis par le jeu théâtral, Céline alterne une phase euphorique où elle met en place une ré-organisation de classement de dossiers en un temps record. Puis on la voit dans une phase dépressive où ses interactions avec ses collègues sont compliquées et tendues du fait d’un rythme de travail très ralenti.

Un débat théâtral participatif
Une fois la saynète jouée, sous l’impulsion de la meneuse de séance Juliette le Roy, le public a été invité à engager un débat sur la problématique soulevée par la saynète : comment faire pour parler de la maladie psychique ?
L’assemblée n’est pas insensible à ce qui vient de se jouer dans l’espace sécurisé du théâtre. Les émotions sont palpables et les réactions de certains fusent : « c’est difficile pour les collègues de faire face aux sauts d’humeur de leur collègue …, la souffrance de Céline nécessite de réagir mais comment … ? »

En sécurité pour se dévoiler
Au deuxième rang, un salarié s’exprime ouvertement sur sa situation personnelle. Il témoigne de sa démarche de RQTH suite au diagnostic de sa maladie psychique. Il informe sur les bonnes pratiques  à mettre en place au sein du collectif de travail et insiste sur le rôle essentiel du médecin du travail.

Changer le cours de l’histoire
A la suite des premiers échanges avec la salle, Juliette le Roy invite une personne du public à remplacer le protagoniste de son choix. Une collaboratrice est volontaire pour monter sur scène et tenter de changer le cours de l’histoire : « En incarnant une des collègue de Céline, je souhaite échanger avec elle sur les raisons de ses sauts d’humeur en faisant preuve d’empathie ». La scène est rejouée avec la proposition de cette spectatrice-actrice. Dans ce remplacement, on voit Céline stoïque devant son écran dans une nouvelle phase dépressive où la collègue est dans l’incapacité de recevoir des réponses à ses interrogations. La saynète se termine par le départ soudain de Céline qui quitte le bureau les larmes aux yeux. La meneuse de séance clappe la fin de l’histoire et demande au public de s’exprimer sur les changements opérés. « C’est compliqué de discuter avec une personne qui est renfermée …, c’est délicat de la laisser partir, ne faut-il pas la suivre pour s’assurer qu’il ne lui arrive rien ou faut-il appeler un manager, l’infirmière, la RH, le médecin du travail … ? Mais si on « dénonce » notre collègue à la RH et qu’elle se fait virer ? » 

Le regard de l’experte du handicap
Le débat est très riche et les questionnements nombreux. La présence d’une psychologue d’EXECO qui accompagne des personnes en situation de handicap psychique depuis 15 ans permet un éclairage nécessaire : « Le handicap psychique, c’est compliqué ! … L’entourage professionnel peut être démuni face aux difficultés d’attention et de priorisation des tâches, à la difficile gestion des émotions, à la négligence au travail des personnes souffrant de troubles psychiques. C’est délicat parfois de rentrer en contact avec une personne en phase dépressive, d’autant plus quand celle-ci n’a pas été diagnostiquée. »

Tous vigilants
Un message fort sera donné durant cette sensibilisation : la nécessité d’alerter une personne ressource (médecin du travail ou Ressources Humaines) dans l’entreprise lorsqu’on est témoin de changements de comportement inquiétants chez son ou sa collègue. « Mieux vaut alerter pour rien que de ne rien faire. » Concernant le risque de licenciement des personnes porteuses de troubles psychiques, la psychologue clinicienne témoigne de son expérience : « les entreprises que j’accompagne sont à l’écoute et mettent en place des aménagements de poste, sensibilisent leurs collaborateurs aux modalités d’accompagnement et à l’identification des signes d’alerte. Le maintien de la personne dans l’entreprise est possible mais ce n’est pas systématique. Ainsi, les licenciements pour inaptitude existent et ne doivent pas être vu comme un échec. C’est bénéfique pour la personne de l’amener à une réorientation professionnelle, une nouvelle voie pour un meilleur épanouissement. »

Sensibiliser et former avant, pendant et après la SEEPH
Grâce à cette sensibilisation au handicap psychique réussie, la responsable RH de CORYS est confiante dans l’idée que « certaines fausses idées et mauvais réflexes vont désormais être évités. » Pour briser les préjugés sur toutes les formes de handicap, les actions récurrentes menées par les entreprises engagées durant la SEEPH et en dehors de cet événement national sont essentielles.

Objectif : sensibiliser au handicap psychique
théâtre forum et expertise d’EXECO
novembre 2017
Grenoble

Retrouvez-nous sur
Travaillons ensemble ! Contactez-nous

Prestataire de formation n° 84380658238 — © 3pH 2013 — CréditsMentions légales
Réalisé et hébergé par Mezcalito