Jouons à : « la constellation d’étoiles » Par Juliette Le Roy, le 1 juin 2015

Jouons à : « la constellation d’étoiles »

Nous aimons expérimenter ce jeu avec un grand nombre de participants en atelier. Il permet une réflexion collective sur le fonctionnement d’une équipe, d’un collectif … tout en s’amusant !

Description du jeu
Les participants sont dispersés dans l’espace de jeu. Chacun choisit mentalement parmi le groupe un joueur qui sera son pôle + et un joueur qui sera son pôle – (le moins n’ayant aucune notion négative). Au signal, chacun cherche à se trouver à équidistance de son pôle + et de son pôle – . Le jeu se termine lorsque le groupe atteint l’immobilité.

Qu’observe-t-on ?
Tout d’abord un chaos, des rires, la création d’un « tas », tout le monde accélère, cherche, tourne en rond et plus on accélère et plus le chaos est important.

Après quelques minutes, l’animateur précise que chacun a le droit de prendre de la distance par rapport à ses deux pôles de référence.

Ainsi, on constate que le groupe s’écarte, ralentit et tout doucement le mouvement se stabilise jusqu’à s’arrêter totalement en formant une constellation d’étoiles.

Puis une dernière consigne est énoncée. L’animateur demande à un des participants de bouger. Cela entraine le repositionnement de tout le groupe. En effet, certains émettent de la résistance à bouger mais finalement,  pousser par le groupe qui souhaite l’équilibre, chacun se repositionne pour atteindre l’immobilité totale.

A la fin du jeu, l’animateur demande aux participants qui le souhaitent, de s’exprimer sur leurs ressentis : «  en quoi ce jeu parle du groupe, du collectif ? ».

 

Le regard de Juliette le Roy, comédienne-intervenante et certifiée coach CT :
Avec ce jeu, chacun peut expérimenter corporellement la systémique : dès qu’un individu bouge, change… toute l’équipe, tout le groupe bouge, change. 

Le changement est un élément permanent au sein d’une équipe et cela nécessite de la part de chacun des protagonistes une recherche, une adaptation afin de retrouver l’équilibre. Mais pour cela, il faut déjà prendre conscience de cet enjeu.

Un deuxième apprentissage : le fait que prendre de la distance, ralentir, permet de stabiliser le groupe. On peut faire le parallèle avec le fait de  prendre de la hauteur : se poser, ralentir, regarder, observer pour comprendre, pour échanger et peut être agir… ou pas.

Une troisième observation à relever : le comédien intervenant anime et prend part au jeu. Depuis que nous pratiquons ce jeu, nous avons constaté que l’animateur n’est pratiquement jamais choisi par les membres des groupes en tant que pôle + ou -.

A quoi cela peut-il renvoyer ? A la solitude du manager, à l’idéalisation du manageur par son équipe : « celui qui sait ou celui qui doit savoir ». Est-ce le cas ? Le manageur est-il à part ? 

Retrouvez-nous sur
Travaillons ensemble ! Contactez-nous

Prestataire de formation n° 84380658238 — © 3pH 2013 — CréditsMentions légales
Réalisé et hébergé par Mezcalito